Here’s To You de Joan Baez sur une musique d’Ennio Morricone (1971) : un hommage aux anarchistes Sacco et Vanzetti

Cette chanson courte de 4 vers, Here’s To You, écrite par Joan Baez « la reine du folk » dans les années 60 et 70 et dont la musique est composée par le grand compositeur Ennio Morricone, qui nous a quitté le 6 juillet 2020, est tiré de la bande originale du film Sacco e Vanzetti réalisé en 1971 par l’italien Giuliano Montaldo qui comme son nom l’indique raconte l’affaire des anarchistes Bartolomeo Vanzetti interprété par Gian Maria Volonté et Nicola Sacco interprété par Ricardo Cucciola exécuté sans preuves formelles aux Etats Unis dans les années 20 après un braquage.

La chanson dépasse vite le cadre du film et devient rapidement un véritable hymne aux Etats Unis dans un contexte de combat pour les droits civiques. La simplicité des paroles cachent en réalité comme nous allons le voir une grande puissance puisqu’elles sont directement inspirées des mots de Vanzetti, ci-dessus à gauche aux côtés de Sacco à droite.

Joan Baez, « la madone des pauvres gens »

Joan Baez né durant la Seconde Guerre mondiale. Elle est l’une des ambassadrices du folk dans les années 60 et 70 aux côtés de Bob Dylan avec lequel elle écrit des chansons. Elle devient populaire auprès du public américain et plus généralement mondialement connu en étant présente sur des grands festivals tel que le festival de Newport de 1959, celui de Woodstock en 1969 mais aussi le Live Aid en 1985, toujours avec un message de paix, de fraternité auprès des pauvres. C’est l’archétype de l’artiste engagé, c’est à ce propos une amie de Martin Luther King et combat à ces côtés contre l’injustice. Elle est ainsi présente lors de la marche pour les droits civiques sur Washington. C’est une fervente opposante à la guerre du Vietnam et chante sur les décombre d’un hôtel vietnamien détruit par les bombes une chanson contre Nixon. Tout comme son mari David Harris, militant pacifiste, elle est emprisonné (pour trouble à l’ordre public) et l’injustice de l’affaire Sacco et Vanzetti la touche directement. Ces deux anarchistes ont par ailleurs durant la Grande Guerre refusé de combattre par pacifisme tout comme Joan Baez refuse quelques décennies plus tard de payer ses impôts servant à financer la guerre du Vietnam. C’est dans cet esprit qu’elle accepte la proposition d’Ennio Morricone de poser sa voix sur la mélodie du maestro et d’écrire les paroles pour célébrer ses deux pacifistes et anarchistes italiens morts injustement.

Joan Baez en 1973

L’affaire Sacco et Vanzetti ou le symbole de « la chasse aux sorcières » contre « les rouges » étrangers

Les années d’après-guerre voit aux Etats Unis les problèmes et l’inflation survenir à la suite de l’économie de guerre de 1917. Le syndicalisme monte en puissance tandis que les grèves se multiplient avec parfois des affrontements, de la violence comme dans la ville de Boston. En parallèle, les anarchistes revendiquent plusieurs attentats à la bombe contre des hommes politiques et des lieux symboliques. C’est dans ce contexte qu’à lieu deux hold up, un premier le 24 décembre 1919 à Bridgewater dans l’Etat du Massachussetts, contre un camion transportant 16 000 dollars, celui-ci est manqué, un second a lieu le 15 avril 1920 à South Braintree.  dans la banlieue de Boston et fait deux morts pour 15 000 dollars volés. L’enquête s’oriente rapidement vers deux immigrés italiens, Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti qui s’avèrent être membres mais seulement hommes de main d’une branche terroriste anarchiste de l’époque dont le chef est Galéani. Le premier a alors 30 ans quand il est arrêté, c’est un ouvrier cordonnier qui a une femme et un enfant, il n’a pas le profil du gangster. Le second est un marchand de poisson de 33 ans, il est grand, brun et a une moustache ce qui n’est pas sans conséquence dans le jugement de plusieurs témoins qui reconnaissent Vanzetti dans le premier hold up ce qui permet au juge de condamné l’anarchiste italien à 15 ans de travaux forcés en juillet 1920. Le 16 septembre, une bombe explose à Wall Street et fait 38 morts, un tract qui demande la libération des prisonniers politiques est retrouvé sur les lieux. Le juge du procès du premier hold up, Thayer, très conservateur et réputé très stricte dans ses jugements demande et reçoit le jugement pour le second hold up. Des articles favorables à Sacco et Vanzetti commencent à sortir dans la presse. Le procès se déroule à partir du 31 mai 1921, la chaise électrique menace les deux suspects. Le palais de justice est barricadé par peur d’une bombe. Après plusieurs semaines de procès, Sacco et Vanzetti sont condamné à mort par électrocution et leur avocat demande de révisé le procès. C’est à ce moment-là que l’affaire devient mondiale. Des manifestations de soutien ont lieu notamment à Paris avec 100 000 personnes en aout 1927. Quelques années plus tôt Anatole France prix Nobel de Littérature s’était aussi positionné en faveur de Sacco et Vanzetti. Une pétition de 620 000 signatures demande au juge de gracier les deux suspects mais en revoyant l’affaire le juge Thayer refuse la grâce car comme le souligne Pierre Milza se serait reconnaitre « la faillibilité d’un système judiciaire inspiré par la Providence, mais encore et surtout que l’action directe pratiquée par les anarchistes italiens n’était pas purement et simplement assimilable à la délinquance de droit commun ». Le 23 aout 1927 à 00h11 Sacco crie « Vive l’anarchie » avant de mourir, Vanzetti crie « je suis innocent ». En 1977, Sacco et Vanzetti ont été réhabilités par le gouverneur du Massachussetts Michael Dukakis qui aspire au triomphe de « la raison, la sagesse et l’impartialité ». Cette affaire est devenue l’un des plus grands mythes de l’histoire de l’anarchisme. Malgré leur rétablissement, la culpabilité ou l’innocence des deux anarchistes est encore discutés mais tous les spécialistes se rejoignent sur l’aspect partiel et partial du procès comme Pierre Milza qui note que le juge Thayer est non seulement connu pour des interventions xénophobes mais pense en plus que « la « conscience d’avoir fait le mal » suffit à établir la culpabilité d’un homme. » (P. Milza).

Here’s To You, une chanson contre l’injustice qui célèbre le triomphe de deux anarchistes

J’ai choisi cette chanson car elle est simple mais puissante, et par ailleurs facile à mémoriser ce qui est un atout pour une chanson engagé et je pense notamment au « Four deads in Ohio » répété plusieurs fois par Neil Young (pour accusé la répression sanglante de l’armée américaine lors d’une manifestation contre la guerre du Vietnam). Sur seulement 4 vers, Joan Baez arrive à créer un véritable hymne contre l’injustice et en soutien partiel à l’anarchie ou du moins à l’idée de liberté d’opinion. Ennio Morricone a l’idée de renforcer le sens des mots par un crescendo tout au long du morceau avec l’ajout de voix et d’instruments. Les premiers sons rappellent « une agonie » et l’exécution alors qu’à la fin nous sommes plus dans « un triomphe », un triomphe dans la mort. Cette chanson arrive en fin de bande originale mais elle est précédée de deux autres chansons composant cette ballade en trois parties. La première chanson inspirée par le poème d’Emma Lazarus rend hommage aux migrants arrivants aux Etats Unis avec le rêve de réussite tels qu’on était Sacco et Vanzetti tandis que la seconde chanson rend hommage aux idées des deux anarchistes. Evidemment le sens des paroles de Here’s To You troisième partie de cette ballade de Sacco et Vanzetti nous semble encore plus fortes quand on sait qu’elles ont été inspirées directement par les mots de Bartolomeo Vanzetti devant des journalistes quelques heures avant sa mort :

« Si cette chose n’était pas arrivée, j’aurais passé toute ma vie à parler au coin des rues à des hommes méprisants. J’aurais pu mourir inconnu, ignoré : un raté. Ceci est notre carrière et notre triomphe. Jamais, dans toute notre vie, nous n’aurions pu espérer faire pour la tolérance, pour la justice, pour la compréhension mutuelle des hommes, ce que nous faisons aujourd’hui par hasard. Nos paroles, nos vies, nos souffrances ne sont rien. Mais qu’on nous prenne nos vies, vies d’un bon cordonnier et d’un pauvre vendeur de poissons, c’est cela qui est tout ! Ce dernier moment est le nôtre. Cette agonie est notre triomphe. »

B. Vanzetti, 1927

Outre l’accusation de l’injustice, c’est directement la liberté d’être anarchiste qui est visée, une idéologie défendant la liberté individuelle. Ainsi je pense que cette chanson est certes avant tout contre une injustice, celle d’une condamnation sans preuves, une notion combattue à gauche comme à droite, mais le contexte de cette affaire, c’est aussi une condamnation politique dans un esprit de répression des anarchistes dans un racisme à peine caché contre les migrants et donc cette chanson entre pleinement dans l’histoire des gauches tout comme l’affaire auquel elle fait référence. Sacco et Vanzetti restent encore aujourd’hui des martyrs, grandes figures de l’anarchisme non par leur vie mais par leur mort, et ce dernier vers est fort de sens, « cette agonie est votre triomphe » signifie clairement le triomphe de leur idée et donc le triomphe de l’anarchisme. C’est par cette injustice que l’anarchie alors minoritaire car connu pour ses attentats à la bombe gagne en popularité ce qui va en contre sens de l’objectif d’un juge conservateur qui a pensé mettre deux immigrés anarchistes à terre mais qui a en fait participé à leur gloire.

Bibliographie et sitographie

  • MILZA Pierre, Sacco et Vanzetti : autopsie d’une affaire (1921-1989), L’Histoire, octobre 1989
  • EL MOKHTARI Mouna, En 1920, l’affaire « Sacco et Vanzetti », l’une des plus grandes controverses judiciaires du XXe siècle (vidéo), Le Monde, Paris, 23 août 2017
  • HONDELATTE Christophe, Hondelatte Raconte : Sacco et Vanzetti (Récit intégral), Europe 1, Paris, 11 octobre 2019
  • MORTAIGNE Véronique, Here’s To You (article journalistique), Le Monde, Paris, 20 juillet 2005
  • MONTALDO Giuliano, Sacco e Vanzetti, 1971, Italie, 2h00
  • MORRICONE Ennio avec BAEZ Joan, Bande originale de Sacco et Vanzetti, 1971

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s