Qu’apportent les études sociologiques sur la question du complotisme ? (5/6) : Les jeunes de plus en plus séduits par le complotisme, signe de l’importance d’Internet dans la diffusion de ces théories

Le sociologue Jean-Bruno Renard, spécialiste des rumeurs et des légendes urbaines, nous rappelle que les jeunes sont réceptifs aux théories du complot plus que la moyenne. Avant de parler d’une jeunesse séduite par le complotisme, nous pouvons affirmer sans aucun doute que les jeunes sont prolixes à ces théories, des théories qu’ils rencontrent énormément sur les réseaux sociaux et ce n’est pas un hasard si ce sujet m’est venu à l’esprit. De mon expérience personnelle d’internaute, j’ai été au contact très souvent de théories du complot, de complotistes sur Youtube essentiellement mais aussi quelquefois sur des forums. En à peine quelques minutes sur Twitter nous trouvons des commentaires complotistes sous forme de remise en cause d’une vérité officielle. Et cela nous rappelle ce « chatbot », une intelligence artificielle créée en 2016 par Microsoft capable de répondre aux internautes sur Twitter en se nourrissant de leurs questions et discussions, elle était devenue en quelques heures racistes, complotistes et écrivait beaucoup de commentaires déplacés sur la plateforme. Evidemment les internautes ont poussé l’IA dans ces retranchements mais cette expérience montre tout de même la grande présence des théories du complot dans l’esprit des jeunes (c’était les jeunes de 18 à 24 ans qui étaient principalement visés par ce « chatbot » selon Microsoft). Ce qui se passe sur Twitter dans des commentaires écrits se retrouve sur Youtube sous forme de vidéos. L’étude de Jonathan Albright est sur ce point très intéressante. Seulement une dizaine de jours après la tuerie de Parkland qui avait fait 17 morts le 14 février 2018, le directeur de recherche au Tow Center for Digital Journalism a décidé d’étudier les statistiques de Youtube. Pour cela il a tapé dans la barre de recherche « crisis actor » une expression venant de la théorie du complot vite apparue après la tuerie. Celle-ci explique que les étudiants rescapés témoignant devant les caméras comme David Hogg, un étudiant de 17 ans rescapé étaient des « acteurs de crise », c’est-à-dire qu’ils étaient payés pour faire croire à une tuerie « fausse » de façon à faire basculer la balance du côté des défenseurs d’un changement de législation sur les armes à feu.  Jonathan Albright en comptabilisant les vidéos proposées par Youtube lors de la recherche et les recommandations « next », c’est-à-dire les vidéos proposées après visionnage d’une vidéo a répertorié un total de 8 842 vidéos dont une grande majorité complotistes avec « 90% de leurs titres [qui] sont un mélange de choquant, d’exécrable et de promotionnel. » (J. Albright). Ces 8 842 vidéos représentent près de 4 milliards de vues sur Youtube et cela concerne uniquement cette théorie-là après quelques jours. C’est l’algorithme de Youtube qui est directement visé par ce genre d’étude et cette étude n’est pas la seule. Déjà en 2017, la sociologue turque Zeyned Tufekci faisait remarquer que la plateforme rachetée par Google en 2006 est conçue pour proposer du contenu de plus en plus radical à l’utilisateur car dit-elle « l’algorithme s’est rendu compte que si vous pouvez inciter les gens à penser que vous pouvez leur montrer quelque chose de plus hardcore, ils sont susceptibles de rester plus longtemps, pendant que Google leur donne des publicités. ». Cette idée de quantité d’une même information, d’un même thème partagé par des milliers de vidéos oriente dangereusement l’opinion des gens et en particulier des jeunes, c’est ce que souligne Gérald Bronner. Le sociologue français dit ainsi que « la concurrence sauvage est guidée par la motivation, ce qui crée des asymétries dans les points de vue. Un point de vue très visible peut être pris comme un point de vue représentatif par un certain nombre d’autres acteurs indécis, qui vont être influencés. ». En d’autres mots, on est influencé par ce qui est visible, par ce qui semble populaire. On se dit que comme beaucoup de personnes semblent y croire au vu du nombre de vidéos et de commentaires présents en faveur de la théorie, alors c’est que cela doit être vrai. Ces plateformes que ce soit Twitter, Youtube, Google participent toutes à « un marché dérégulé de l’information » (G. Bronner) où les jeunes sont les premiers lecteurs et visionneurs car ce sont les plus connectés. De plus « l’idée de manipuler les jeunes a toujours existé » (J.B Renard). Cette grande présence du complotisme sur Internet via des vidéos, mais aussi via des sites comme Egalités et Réconciliations est aussi le signe, comme le pense Park Jung Ho et Chun Sang Jin, « d’un échec d’un principe téléologique de la communication « transparente » au niveau collectif » (P.J Ho, C.S Jin),  ce qui rejoint les propos de Michael Barkun, professeur américain en sciences politiques quand ce dernier parle de « l’érosion de ce qui était auparavant une frontière claire et solide entre le discours marginal et le discours dominant. ». Les jeunes sont prolixes mais sont-ils pour autant séduits par ces théories. Il n’est pas facile de répondre à cette question avec des preuves. On ne se fait pas trop de doute sur la réponse mais les études manquent. Les témoignages de professeurs confrontés à des élèves récalcitrants brandissant des théories du complot pour remettre en cause leur cours se multiplient ces derniers temps. Stéphane François, professeur à l’Institut de préparation à l’administration générale de Valenciennes, note qu’un quart de ses élèves croit à certaines théories du complot mais ce genre d’étude à échelle réduite n’est pas assez représentative d’une population. En somme, tout laisse à penser que les jeunes, classe d’âge la plus présente sur les réseaux, sont les plus susceptibles de croire aux théories du complot par « la dérégulation du marché de l’information sur internet » (G. Bronner) qui favorise leur prolixité sur ces théories et par leur esprit critique pas encore assez développé.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s