L’histoire grecque n’est pas facile assimiler de par le manque de texte d’époque. Mais certains hommes nous aident grandement dans cette tâche. C’est le cas d’Hérodote, père de l’histoire comme on le désigne souvent. Aujourd’hui on s’accorde pour donner cet honneur à Thucydide, conteur de la guerre du Péloponnèse et véritable défenseur de la démarche historienne. Il se penche notamment sur les causes de cette guerre qui a bouleversé le monde grec en cette fin de Ve siècle. Thucydide meurt durant la guerre et c’est un autre historien qui prend la suite de son travail, Xénophon. Ce dernier va alors être un des plus grands historiens grecs mais surtout va nous aider à mieux comprendre les événements complexes qui se déroulent à la suite de la guerre de Péloponnèse. Cet article est surtout axé sur l’historien Xénophon plutôt que sur le philosophe ou l’homme politique.

Xénophon

La vie de Xénophon : une vie engagée

Xénophon né vers 430 à Erchia en Attique, proche d’Athènes. Il est issu de l’aristocratie athénienne aisée et appartient à la classe des chevaliers. Xénophon symbolise alors « la jeunesse dorée » athénienne. La défaite d’Athènes en 404 pousse cet amoureux de Sparte à transformer ses convictions politiques en actions. En 401, il participe à un évènement qui va éveiller sa conscience. Il fait en effet partie des « Dix-Mille » qui marchent aux côtés de Cyrus le Jeune. Ce dernier veut s’emparer du trône de l’empire perse que son frère Artaxerxés occupe. Cyrus est tué durant les affrontements et Xénophon prend alors plus de responsabilités militaires et devient le général au sein de cette armée. Il n’y a plus de raison de se battre et le retour vers la Grèce est un véritable parcourt du combattant. Les hommes bravent les montagnes, la neige et la faim. Ce retour compliqué fait l’objet d’un écrit, le plus célèbre de Xénophon, l’Anabase.

Xénophon
La bataille de Counaxa lors de laquelle Cyrus meurt

Xénophon est un élève de Socrate. A la manière de Platon, il écrit sur son maître qu’il a beaucoup marqué tant dans ses paroles que dans sa vie et dans sa mort (les conditions compliqués de sa mort). Cela apporte une nuance, un autre regard sur ce philosophe, ce maître de la pensée. Les Mémorables ou l’Apologie de Socrate présentent le maître comme un humain avant tout. Le grand philosophe céleste échappe à la plume de Xénophon pour se rapprocher de la terre, de la vie et de l’humanité. Le sort funeste de Socrate a raison des idées politiques de Xénophon qui s’échappe de la conception démocratique athénienne pour se rapprocher de la monarchie spartiate.

On dit qu'un jour Xénophon ayant rencontré Socrate dans la rue, celui-ci lui barra le chemin avec son bâton et lui demanda où l'on achetait les choses nécessaires à la vie. Xénophon le lui dit. « Et pour devenir honnête homme, reprit Socrate, où faut-il aller ? » Xénophon ne sut que répondre. « Suis-moi donc, dit Socrate, et je te le dirai. » À partir de ce jour, Xénophon devint son auditeur. 

Diogène Laërce
Xénophon
Les ruines de l'ancien théatre de Sparte avec en arrière plan le Taygète

Il reste quarante années à Sparte et s’allie d’amitié avec le roi Agésilas dont il fait la biographie. Il écrit dans le même temps la Constitution des Lacédémoniens, un texte très important pour les historiens. Il participe à quelques batailles, Xénophon est un véritable combattant qui ne s’arrête pas dans son statut de penseur. Il sait aussi bien magner la plume que l’épée. C’est un homme aux multiples facettes qui trouve un équilibre dans sa vie qui lui permet de s’intéresser à beaucoup de choses.

En Lacédémone, Xénophon mène la vie d’un campagnard proxène avec un domaine conséquent à Scillonte, près d’Olympie. Il se consacre à l’agriculture, à la chasse mais aussi à l’éducation de ses fils.

Il revient finalement à Athènes. Il y écrit ses derniers traités sur la cavalerie, la chasse ou encore sur l’éducation dans la Cyropédie. Il meurt en Thrace vers 355.

La pensée de Xénophon

Xénophon, historien militant défenseur de Sparte

Comme on l’a vu Xénophon a passé une grande partie de sa vie à Sparte auquel il a préféré le mode de fonctionnement politique et sociétal. Et cette défense de Sparte se retrouve dans ses textes avec parfois un manque d’objectivité et d’honnêteté déconcertante pour les historiens. C’est en quelques sortes le début de l’histoire partisane, concept omniprésent par la suite dans l’historiographie. Ainsi Xénophon réduit certaines défaites spartiates comme lors de la célèbre bataille de Leuctres de 371. Il ne fait que très peu état de la création de la seconde confédération athénienne qui est pourtant un évènement essentielle du IVe siècle dans le monde grec. Il ne fait pas que défendre les expéditions militaires spartiates, il défend aussi le mode de vie des lacédémoniens et leur constitution.

Voir aussi l’article : Karl Marx, le père du communisme

Xénophon, biographe de son temps

Avec la guerre du Péloponnèse, les conflits ont changé de paradigme. Le combat n’en est plus la seule substance. La stratégie prend de plus en plus de place dans ces conflits et dans ces batailles qui se complexifient par rapport à ce qu’a pu connaitre un Hérodote avec les guerres médiques. Le rôle du commandant de troupe prend alors tout son sens. Il ne doit plus seulement être courageux mais il doit être aussi un génie tactique. C’est donc cela qui impressionne les populations et en premier lieu les historiens tel que Xénophon. C’est ainsi que Lysandre, le célèbre navarque qui a reconquis beaucoup d’îles durant la guerre du Péloponnèse est célébré dans les écrits de Xénophon et à même le droit à ces fêtes, les Lysandreia.

Lysandre

Xénophon, un réactionnaire précurseur de l’histoire morale

Là où Thucydide s’attache à trouver les causes véritables de la guerre du Péloponnèse dans un rationalisme qui lui est propre, Xénophon tente de comprendre la défaite spartiate dans une défaite de sa culture, une chute des habitudes et des traditions propres à Sparte. Il trouve que la population spartiate à céder à l’appel culturel des autres cités dans le sens où l’austérité connu et ancestrale de Sparte a été remplacé par l’amour du luxe propre à Athènes. C’est une vision tout à fait politique loin de ce que l’on peut attendre de la part d’historien tel que Thucydide ou Hérodote. En ce sens Xénophon introduit une moralisation dans la discipline historique.

L’œuvre de Xénophon : Les Helléniques

Durant toute sa vie, Xénophon s’attache à conter l’histoire grecque de 411 à 355 dans une œuvre composée de cinq livres qu’il nomme Les helléniques. Il prend la suite de Thucydide dans la description de la guerre du Péloponnèse en 411 mais avec moins de qualité. Xénophon cependant écrit bien et la fluidité de sa plume lui permet de tantôt faire rire le lecteur, tantôt le faire pleurer. Il rattrape ainsi relativement ces lacunes d’historiens.

Si vous aimez les mathématiques, vous pouvez jeter un œil sur l’article : L’infini en Maths

Bibliographie de Xénophon

Historiques

Les Hélléniques : c’est un ouvrage dans lequel il raconte l’histoire des cités grecques entre 411 et 362 à travers les nombreux conflits qui ont lieu. Le récit débute là où s’achève l’ouvrage sur la guerre du Péloponnèse de Thucydide et se clotûre par la bataille de Mantinée et la mort du Thébain Épaminondas.

Agésilas : c’est un ouvrage biographique, apologétique et panégyrique consacré à son ami le roi de Sparte Agésilas II.

Anabase : l’un des ouvrages les plus célèbres de Xénophon consacré à l’expédition des Dix-Mille, suivant les pas de Cyrus le Jeune puis racontant la retraite périlleuse jusqu’en Grèce.

Cyropédie : c’est une biographie du dirigeant perse Cyrus II et particulièrement de son éducation. Elle constitue pour Machiavel un outil, une référence pour écrire Le Prince

Philosophiques

Mémorables : Xénophon est un élève de Socrate et à la manière de Platon il rend hommage à son maître en faisant le récit de sa vie.

Apologie de Socrate : il décrit l’état d’esprit de Socrate avant sa mort lors de son procès à Athènes en 399. Il fait donc l’apologie d’un homme qui préfère se laisser mourir avant que la mort ne le gagne. Ce texte est directement en lien avec les Mémorables.

Le Banquet : texte dont la pensée porte sur l’amour.

Hiéron : Xénophon développe sa pensée contre la tyrannie dans un dialogue socratique qui va tout droit à l’encontre de Platon.

Didactiques

Économique : Xénophon qui possède lui-même un domaine agricole à Scillonte dans le Péloponnèse expose une réflexion sur comment exploiter un domaine, quels sont les hiérarchies au sein de l’exploitation notamment entre les hommes et les femmes, quel est le rôle de celles-ci, quelle est la valeur d’une exploitation etc… Le sujet du leadeurship revient souvent dans ce livre.

De l’équitation : Xénophon nous livre ses conceptions de l’achat, du dressage et de l’entretien d’un cheval pouvant partir à la guerre. 

L’Hipparque : traité d’éducation militaire pour un jeune hipparque commandant une hipparchie de 500 cavaliers.

Cynégétique : traité technique sur la chasse accompagné d’un chien.

Philosophie politique

Constitution des Lacédémoniens : Xénophon qui est athénien étudie depuis son domaine de Scillonte, les pratiques, les institutions et les mœurs spartiate.

Des revenus : Xénophon conseille ici les Athéniens dans leur politique économique notamment dans l’acceuil des métèques, dans l’exploitation de la mine du Laurion et dans le commerce maritime.

Xénophon
La mort de Socrate par David en 1787

Xénophon reste l’un des hommes les plus influents en Grèce au tournant des Ve et IVe siècle. C’est un véritable touche à tout qui pratique la politique en participant parfois aux combats. C’est un historien important et sa lecture nous éclaire sur des passages de l’histoire parfois très peu documentés. La subjectivité de ce moraliste l’emporte largement sur l’objectivité vers laquelle doit tendre un historien.

Écrit par Hugo Thompson.

Les images présentes dans cet article sont tirées de WikipédiaCommons