Freud introduit la notion des actes manqués dans l’Introduction à la psychanalyse de manière à nous faire comprendre son concept d’inconscient et, partant, tout ce qui en découle, à savoir notamment le refoulement de désirs et l’apparition de névroses. C’est au regard de ces considérations que le traitement psychanalytique apparaîtra comme le moyen de se débarrasser des maladies psychiques que constituent les névroses de transfert.

Freud et les lapsus

Quelques cas d'actes manqués

Nous pouvons distinguer plusieurs sortes d’actes manqués dont le lapsus n’est en fait qu’un cas particulier. En effet, un acte manqué est d’abord un acte que nous ne voulions pas réaliser. Il peut s’agir de dire quelque chose à la place d’autre chose, d’oublier ses clefs, de rater un rendez-vous, de reporter le rendez-vous et de le rater de nouveau. Le lapsus quant à lui consiste à dire autre chose que ce que nous étions censé dire et cela peut survenir de différentes manières : dire un mot à la place d’un autre qui n’a pas de rapport « a priori », inverser des mots, dire l’inverse de ce que nous devions dire, parler d’une personne à la place d’une autre. 

 

L'origine des lapsus et de l'ensemble des actes manqués

« Les actes manqués ne sont pas des accidents, mais des actes psychiques sérieux, ayant un sens, produits par le concours ou plutôt, par l’opposition de deux intentions différentes »

Il faut bien comprendre que, selon Freud, les actes manqués ne sont pas anodins. Parfois l’on se doute que dire le prénom d’une personne à la place d’une autre montre notamment que nous pensons très souvent à elle. Cependant, les actes manqués ne sont pas toujours si clairs et si évidents à comprendre. Oublier ses clefs ne semblent à priori pas volontaire, puisque l’on s’irrite de les avoir oubliées. Toujours est-il qu’ils sont le moyen pour Freud d’avancer sur la piste de la compréhension de maladies psychiques  et, partant, sur le chemin du traitement psychanalytique. 

Le second point est que ces actes manqués sont, comme le dit Freud, le produit de deux intentions contraires. Il y a volonté consciente de dire quelque chose (lors d’un discours officiel par exemple) et volonté inconsciente de dire autre chose (ce qui se traduit par un acte manqué). Le fait est que le sujet considère comme sa réelle volonté sa volonté consciente, alors que sa volonté inconsciente est plus profonde et plus enracinée en lui. C’est donc lorsque l’inconscient et le conscient s’oppose qu’il y a lapsus, acte manqué. 

Cependant, cela ne suffit pas à expliquer les actes manqués. En effet, cette opposition entre la conscience et l’inconscient ne permet pas à elle seule de créer un lapsus. Pour il y ait acte manqué, c’est-à-dire expression de l’inconscient dans la vie réelle, il est nécessaire qu’il y ait eu « refoulement » d’un désir. Les désirs profonds d’une personnes peuvent être refoulés dans l’inconscient sans que le sujet ne le sache. L’inconscient va alors chercher à se décharger de son désir par tout les moyens et va notamment surgir à la conscience par les actes manqués. 

Nous voyons ainsi que les actes manqués ont une origine inconsciente et qu’ils découlent d’un désir refoulé. Ils expriment parfois des désirs en contradiction totale avec le moi conscient. C’est avec un travail psychanalytique que l’on parvient à dégager le sens de ces actes manqués, qui comme les rêves, ont des significations profondes et permettent la cure psychanalytique. 

 

La signification des lapsus et des actes manqués

Il semble qu’il y ait autant de significations qu’il y ait de patients. En effet, les lapsus et autres actes manqués n’ont un sens que par rapport à un sujet, à son histoire et à sa vie psychique. On ne peut a priori pas déterminer la cause d’un acte manqué sans connaître suffisamment la vie d’un patient. Cependant, Freud détermine un certain nombre de manifestations « typiques » qui caractérisent certaines névroses et qui permettent donc de donner un sens probable à un certain nombre d’actes manqués, de rêves ou d’actions.

Comme nous l’avons vus, les actes manqués sont dus à l’expression de l’inconscient qui contient des désirs refoulés. Ces désirs proviennent de la libido et peuvent donc être caractérisés de sexuels. Autrement dit, c’est en refoulant un désir sexuel dans l’inconscient que le sujet est amené à l’exprimer par un moyen détourné et de manière inconsciente dans la « vie normale ».

Apparaît ainsi l’idée, ou plutôt la conviction, que les actes manqués (comme les lapsus), les rêves et les actions obsessionnelles sont des moyens pour l’inconscient de détourner un désir sexuel refoulé et de se décharger en le faisant surgir à la conscience. 

La mise à profit des lapsus et autres actes manqués en psychanalyse

« Les actes manqués posent devant nous, avec toute la netteté désirable, les questions les plus importantes de la psychanalyse » Introduction à la psychanalyse. Freud introduit la psychanalyse par le cas concret des actes manqués afin de nous aider à comprendre les différents mécanismes qui régissent l’inconscient et la manière dont la psychanalyse traite les dysfonctionnements psychiques comme les névroses. 

Freud se sert des manifestations de l’inconscient afin de traiter un sujet atteint de maladies psychiques. Les manifestations visibles les plus communes sont les actes manqués, les rêves et les actions obsessionnelles. Celles-ci nous apprennent de quelles manières s’expriment des désirs inconscients et nous font approcher de l’origine de ces désirs. Car ce sont ces désirs refoulés qui en partie s’expriment et en partie rendent le sujet névrosé. 

C’est en cherchant l’essence du désir refoulé dans l’inconscient (qui est à l’origine de la névrose) que nous pourrons guérir le névrosé. La piste des actes manqués semble être quasiment aussi importante que celle des rêves. Encore faut-il se rendre compte de ces actes manqués et suivre l’analyse psychanalytique pour se débarrasser de névroses potentielles. 

« Avec des mots, un homme peut rendre son semblable heureux ou le pousser au désespoir ». Il en est de même pour la psychanalyse : les mots d’un psychanalyste peuvent soigner les maux d’un patient.